Accueil > Recherche > Projets > Axe B - Penser en langues et traduire > Langue chinoise et pratique de la psychanalyse

Dernière modification : 2 décembre 2016

Langue chinoise et pratique de la psychanalyse

Barbara CASSIN – Centre Léon Robin
2012-2015

  Sommaire  

 IHP de Saint-Anne

L’Institut Hospitalier de Psychanalyse (IHP) est un service ouvert en mai 2011 à l’Hôpital Sainte-Anne par le Dr. Françoise Gorog, chef de service, et dirigé depuis 2014 par le Dr Luc Faucher. Il constitue un centre de consultation psychanalytique qui assure le suivi de patients, mais qui a aussi une mission d’expertise pour avis psychopathologique. C’est également un centre d’enseignement, de formation et d’échanges avec diverses disciplines (philosophie, littérature, arts, droit, médecine, sociologie, linguistique...) et un centre de recherche dans le domaine de la psychanalyse, car la théorie et la pratique psychanalytiques doivent pouvoir innover, surtout dans le contexte où la diversité culturelle se fait croissante, même au-delà de la pensée occidentale où elles se sont élaborées.

Se référant aux principes de la Polyclinique de Berlin créée en 1920 sous l’égide de Freud, dans sa dimension de soins accessibles à tous, mais aussi dans son ouverture aux autres sciences, l’Institut Hospitalier de Psychanalyse se veut le lieu de rencontre de divers courants de pensée. Freud déclarait alors à son sujet : « C’est pourquoi l’Institut [de Berlin], loin d’enfermer la psychanalyse dans un isolement doctrinal, se considérera comme l’hôte désigné de toute confrontation avec les disciplines affines ».

L’IHP accueille, dans cette dynamique, parmi les consultants très variés beaucoup de migrants chinois. Il travaille notamment avec la mairie du 13ème arrondissement de Paris qui dispense des cours de français pour les Chinois de l’arrondissement. Il collabore aussi à l’association « Chinois de France – Français de Chine » dirigée par Donatien Shram. L’un des consultants français, le Docteur Luc Faucher, apprend la langue chinoise, mais l’abord par la parole est surtout permis par la présence de traducteurs, stagiaires chinois ou franco-chinois de l’Institut.

 

haut de page