Accueil > Recherche > Projets > Axe B - Penser en langues et traduire > Babel ou l’éloge de la traduction

Dernière modification : 19 juillet 2018

Babel ou l’éloge de la traduction

Barbara CASSIN – Centre Léon Robin
Depuis 2012

  Sommaire  

 Résumé

Il n’y a pas de traduction sans différence des langues, sans incompréhension. Cette incompréhension s’est nommée, et a été représentée par, Babel. Babel, malédiction ou chance ? La Méditerranée, l’Europe, le monde, se sont construits sur cette pratique paradoxale qu’est la traduction : dire « presque » la même chose, et inventer en passant. Nous voulons montrer comment la diversité linguistique et le lien de traduction constituent la matrice d’une « citoyenneté de traducteurs ».

Ce projet est un développement du programme Intraduisibles porté par Barbara Cassin. Il se réalise au travers d’une exposition sur la traduction : « Après Babel, traduire » a été inaugurée au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille en décembre 2016. Une première déclinaison de l’exposition s’ouvre en novembre 2017 à la Fondation Martin Bodmer à Genève, sous le nom « Les routes de la traduction. Babel à Genève ».

L’association Maisons de la sagesse-Traduire, dont le but est de créer en France des espaces d’échanges autour de la traduction et de la transmission des cultures, a été crée à la suite de l’exposition au MuCEM. Réseau de lieux, d’actions et de recherche autour de la traduction comme savoir-faire avec les différences, le projet comporte trois volets : un projet autour de l’accueil des migrants, une banque culturelle et un programme de recherche sur les religions.
> Voir l’article consacré au projet sur CNRS Le journal

 

haut de page