Accueil > Recherche > Projets > Axe B - Penser en langues et traduire > Espace, Temps, Existence

Dernière modification : 14 octobre 2016

Espace, Temps, Existence

Laure SARDA – Lattice
Depuis 2012

  Sommaire  

 Résumé

PNG - 45.5 ko

 

 

Au carrefour de la philosophie et de la linguistique, ce projet vise à décrire les rapports entre les notions d’existence, d’espace et de temps. Tant en philosophie analytique qu’en linguistique, la notion d’existence est mise en rapport avec celle d’ancrage spatio-temporel : exister est défini comme être localisé dans le temps et dans l’espace. De plus, la notion d’ancrage spatio-temporel a été mise à profit tant pour la référence aux « choses » évoquées par des noms que pour la référence aux procès évoqués par des prédicats verbaux.

L’amalgame des dimensions temporelle et spatiale, tel qu’il a été pratiqué dans la lignée de travaux de Davidson, a pourtant été mis en cause. En effet, il a été soutenu que le temps constitue une dimension plus cruciale que l’espace dans les prédications d’existence (cf. Fernald (2000) en philosophie et Danon-Boileau (1992) en linguistique).

Dans le cadre de ce projet, nous explorons néanmoins l’hypothèse opposée en posant qu’exister revient à être dans l’espace. En nous référant au cadre conceptuel qu’offre la typologie des entités spatio-temporelles proposée par Zemach (1979), nous testerons empiriquement cette hypothèse d’une asymétrie entre espace et temps dans l’ancrage des événements à travers une étude typologique des constructions existentielles dans une dizaine de langues.

 

Projet dirigé par
  • Laure Sarda (Lattice, CNRS-ENS)
  • Anne Carlier (STL, Université de Lille 3)

 

Membres
  • Frédérique Becquet (Lattice, CNRS-ENS)
  • Bert Cappelle (STL, Université de Lille 3)
  • Charlotte Danino (Université de Poitiers)
  • Catherine Fuchs (Lattice, CNRS-ENS)
  • Benjamin Fagard (Lattice, Cnrs & Ens)
  • Zsuzsanna Gécseg (Université de Szeged, Hongrie)
  • Machteld Meulleman (CIRLEP, Université de Reims)
  • Pierre Le Goffic (LaTTice, ENS et Paris 3)
  • Katia Paykin (STL, Université de Lille 3)
  • Daniel Petit (ENS -EPHE)
  • Sacha Simonenko (Lattice – LLF)
  • Efstathia Soroli (STL, Université de Lille 3)
  • Fayssal Tayalati (STL, Université de Lille 3)
  • Danièle van De Velde (STL, Université de Lille 3)

 

haut de page