Accueil > Recherche > Projets > Axe B - Penser en langues et traduire > Transferts de sens intra-languePolysémie et synonymie dans l’expression (...)

Dernière modification : 20 avril 2017

Transferts de sens intra-langue
Polysémie et synonymie dans l’expression linguistique des phases de l’existence des phénomènes abstraits

Catherine FUCHS – Lattice
Depuis 2017

Présentation

Il s’agit ici de mener une étude linguistique des transferts de sens intra-langue (c’est-à-dire des faits de polysémie et de synonymie à l’intérieur d’une même langue). Le domaine exploré est celui de l’expression des phases d’existence des phénomènes en français – un éclairage complémentaire sur d’autres langues permettant de comparer avec les transferts inter-langues, qui engagent la diversité des codes.

En s’appuyant sur : - une centaine de verbes permettant d’exprimer le début, la continuation et la fin, - un corpus d’environ 6000 extraits textuels comportant ces verbes, - et une typologie des noms désignant des phénomènes, le travail consistera à décrire l’interaction sémantique entre les verbes de phases et les noms de phénomènes en contexte. L’étude s’inscrit dans le cadre théorique de la construction dynamique du sens en contexte, selon lequel chaque élément apporte un potentiel de sens qui se trouve filtré par les autres éléments du contexte ; il s’agit donc de modéliser le filtrage mutuel entre verbes de phases et noms de phénomènes.

Deux types de transfert de sens se trouvent ainsi en jeu. D’une part, la polysémie de certains noms de phénomènes qui, selon le verbe, peuvent changer de catégorie (objet/action, action/état, …) : le verbe filtre certaines des facettes sémantiques du nom. D’autre part, la (quasi-)synonymie ou la non-synonymie entre certains verbes de phases (instaurer-instituer, se conserver-se maintenir, péricliter-dépérir) prédiqués à propos de phénomènes : certains noms neutralisent les traits sémantiques différentiels entre ces verbes, alors que d’autres noms au contraire filtrent ces traits.

Outre les avancées théoriques escomptées (en matière de description, de théorisation et de modélisation des opérations linguistico-cognitives à l’œuvre), le projet vise une application pédagogique : la rédaction d’un manuel destiné aux étudiants de français (langue seconde ou maternelle) de niveau avancé, aux enseignants de FLE et aux enseignants en charge des cours de remédiation à l’écrit, ainsi qu’aux traducteurs et enseignants de traduction.

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

haut de page