Accueil > Recherche > Projets > Axe A - Cultures et périphéries > Le désert oriental d’Egypte durant la période gréco-romaine Bilans (...)

Dernière modification : 14 mars 2017

Le désert oriental d’Egypte durant la période gréco-romaine
Bilans archéologiques

Jean-Pierre BRUN – Collège de France
2015-2016

  Sommaire  

 Résumé

Le Désert Oriental d’Egypte occupe une vaste étendue de montagnes et de plaines sablonneuses entre le Nil et la mer Rouge. Ses richesses naturelles : or, gemmes et pierres de qualité (granit, porphyre, bekhen) ont, malgré les difficultés dues aux conditions climatiques, attiré l’activité humaine. Les pharaons, puis les rois Macédoniens, puis les empereurs romains ont envoyé des expéditions pour extraire ces métaux et ces pierres. Le désert était aussi la voie de passage obligé pour tout commerce avec les contrées bordant la mer Rouge et l’Océan Indien. Ce commerce porta d’abord sur les épices et les résines odorantes, puis sur une large palette de produits exotiques incluant des perles, des pierres précieuses, des étoffes, etc. Les sites archéologiques de cette région étaient jusqu’à présent dans un état de conservation exceptionnel.

Entre les années 1980 et 2010, il fut possible pour des archéologues de travailler dans cette zone jusqu’alors pratiquement inaccessible pour des raisons logistiques. Des équipes américaines, anglaises, italiennes et françaises ont pu prospecter ou fouiller des centaines de sites qui ont fait avancer considérablement nos connaissances sur les exploitations d’or sous les Ptolémées et les Byzantins, sur les carrières ouvertes par l’empereur de Rome à Persou, au Mons Claudianus, au Mons Porphyritès, à Domitianè et sur le commerce avec l’Arabie et l’Inde à travers les ports de Myos Hormos et de Bérénikè. Or cette phase de recherches s’achève : ces sites sont depuis quelques années en voie de destruction massive par des chercheurs d’or et de trésor qu’il semble impossible d’arrêter.

Il est temps d’une part de dénoncer cet état de fait et d’autre part de faire le point des grands progrès que ces fouilles ont fait réaliser à l’histoire de la période gréco-romaine et de ses relations commerciales avec l’Extrême-Orient.

 

haut de page