Accueil > Manifestations > Colloques > Colloques 2014-2015 > Early Modern Philosophy

Dernière modification : 24 février 2017

Early Modern Philosophy

Semaine internationale

Early Modern Philosophy
Crédits : Pôle communication de l’ENS

Du mercredi 20 au dimanche 24 mai 2015

École normale supérieure

 

Organisation : République des Savoirs – équipe Mathesis

Avec la participation du Pr. Domenico Bertoloni Meli, invité du labex TransferS et de Sophie Roux

 

 

 

 

Mercredi 20 mai
Perspectives croisées sur la notion de mécanisme (XVIIe siècle-XXe siècle)
(Article détaillé : http://mathesis.hypotheses.org/866)

Le terme « mécanisme » est aujourd’hui omniprésent dans les sciences. De nombreux travaux ont été consacrés à la notion de mécanisme en philosophie des sciences, en particulier en philosophie de la biologie (voir par exemple les travaux de Machamer, Darden, Craver, Bechtel et Abrahamsen).

Un certain nombre de questions restent cependant ouvertes :

  • Y a-t-il une notion et une seule de mécanisme dans la philosophie des sciences contemporaine ou bien convient-il plutôt de distinguer plusieurs notions ?
  • Ces notions peuvent-elles être utilisées indifféremment dans toutes les branches de la biologie contemporaine, voir étendues à toutes les sciences contemporaines ?
  • Ces notions sont-elles pertinentes pour mieux comprendre les sciences classiques du XVIIe siècle au XIXe siècle ? Inversement, que nous apprend en retour l’analyse de ces dernières ?

 

Dans cette journée, nous nous proposons d’aborder quelques-unes ces questions, en confrontant délibérément la « littérature mécanistique » de la philosophie des sciences contemporaine aux sciences classiques, mais aussi aux sciences d’aujourd’hui.

 

Jeudi 21 mai
Agrégats et principes de composition. Questions métaphysiques autour de Leibniz (et Locke)
(Article détaillé : http://mathesis.hypotheses.org/857)

L’intérêt porté dans la métaphysique contemporaine aux questions du statut des êtres composés et des principes de composition, invite à repenser à nouveaux frais la formulation de ces problèmes et l’élaboration des positions développées à l’Âge classique.

Depuis une vingtaine d’années, les études sur Leibniz consacrées à la nature des substances simples ou monades, et corrélativement au statut des corps, se sont multipliées. L’opposition entre les interprétations idéalistes et réalistes, avec les variantes de chaque nuance a largement dominé le commentaire leibnizien.

En dépit de la profusion des études, plusieurs questions demeurent ouvertes. La première concerne le rapport de dépendance ontologique entre les agrégats et les substances dont ils résultent. Il convient notamment d’interroger l’une des prémisses du principal de Leibniz qui suppose que les agrégats “sont” quelque chose. En second lieu, il convient d’interroger la notion d’agrégat en général, que Leibniz pense parfois en termes méréologiques et parfois de dépendance ontologique. Enfin, si l’unité d’un agrégat dépend toujours d’un acte d’esprit, si bien qu’un agrégat n’est jamais un être pleinement réel, on peut cependant se demander s’il existe des “principes d’agrégation” en vertu desquels une pluralité de substances compose un agrégat.

Ces questions sont au carrefour de l’élaboration de la théorie de la substance et des réflexions plus formelles sur les relations en général, la relation d’inhérence en particulier, ou encore sur la nature des abstraits et des accidents. Les récentes avancées éditoriales, qu’il s’agisse de l’édition de la correspondance philosophique des années 1690 ou celle des textes métaphysiques de la décennie 1700, rendent d’autant plus utile une confrontation des recherches les plus récentes.

Si l’élaboration d’une réflexion sur le statut des agrégats et l’élaboration formelle des relations méréologiques occupent une place prépondérante chez Leibniz, le problème, apparenté, de la composition matérielle occupe une place importante dans la philosophie de Locke. Sa discussion ouvrira un contrepoint éclairant avec Leibniz.

 

22 au 23 mai
Séminaire Descartes : Atelier franco-américain
(Article détaillé : http://mathesis.hypotheses.org/853)

Vendredi 22 mai, Atelier franco-américain du Séminaire Descartes I

Samedi 23 mai, Séminaire Descartes : Discussion des ouvrages de D. Bertoloni- Meli, de F. de Buzon et de J. Schuster

Dimanche 24 mai, Atelier franco-américain du Séminaire Descartes II

haut de page