Accueil > Recherche > Projets > Axe D - Histoire des sciences > Atelier D’Alembert et les « Digital Humanities »

Dernière modification : 11 avril 2017

Atelier D’Alembert et les « Digital Humanities »

Marie-Laure MASSOT – CAPHÉS
2013-2014

  Sommaire  

Portail Humanités Numériques

 D’Alembert en cartes

Éditer rigoureusement tout D’Alembert, le philosophe comme le scientifique, le correspondant d’Euler comme le coéditeur de l’Encyclopédie, le polémiste comme le secrétaire perpétuel de l’Académie française, en explicitant les liens entre ces différentes facettes, tel est l’objectif du Groupe D’Alembert. Avec l’outil numérique, il entend faire porter sa réflexion critique sur et via les visualisations, en particulier cartographiques. Une base de données, associée au logiciel de génétique ORIGAMI, inventoriant la correspondance et la restituant chronologiquement accompagne le processus éditorial et est à l’origine de l’exploitation cartographique de ce corpus.

 

Le logiciel de génétique textuelle ORIGAMI (Outil de Recherche Informatisé pour l’étude de la Genèse des Avant-textes, du Manuscrit à l’Imprimé) est né des difficultés rencontrées pour l’édition, dans le cadre des Œuvres complètes de D’Alembert, des éloges que ce dernier rédige lorsqu’il devient secrétaire perpétuel de l’Académie française en 1772. Il s’agissait de concevoir un outil d’édition numérique permettant à la fois de consulter toutes les versions (manuscrites et imprimées) de chaque éloge, mais aussi d’imaginer de nouveaux modes de parcours et de visualisation capables de rendre compte de son processus de genèse.

 

Le projet D’Alembert en cartes est le fruit d’une collaboration entre l’ENS (CAPHÉS-UMS 3610), l’Institut Mathématique de Jussieu (IMJ-PRG, UMR 7586) et le labex TransferS, qui mettent leurs compétences en commun pour la valorisation numérique de ce corpus de lettres. Dans l´objectif de contribuer à la cartographie de la République des Lettres, il convient alors de traduire la situation émetteur/récepteur en « de » et « vers » en prêtant attention aux lettres liées et aux échanges parisiens, non cartographiés à ce jour. Ce projet vise non seulement à rendre plus lisible le réseau épistolaire, mais aussi, à terme, à suivre une thématique, une controverse, ou la naissance et la diffusion d’un concept au travers du contenu des lettres.

 Il s’agit enfin de fédérer des collaborations autour de ce projet, que ce soit par l’organisation chaque année d’ateliers « DigitHUm » ou par les échanges avec le projet Mapping the Republic of Letters de l’université de Stanford.

 

Correspondance de D'Alembert
Correspondance de D’Alembert
Crédits : J. Cavero / ANR-10-LABX-0099
 

En savoir plus :

- Le site du CAPHES 

- Le site des Œuvres Complètes de D’Alembert 

- Mapping the Republic of Letters 

- Le carnet « D’Alembert et l’Encyclopédie » 

novembre 2017 :

octobre 2017 | décembre 2017

haut de page