Accueil > Recherche > Projets > Axe A - Cultures et périphéries > PONT : la mer Noire comme zone de transferts

Dernière modification : 1er juin 2016

PONT : la mer Noire comme zone de transferts

Anca DAN - AOrOc

  Sommaire  

 Résumé

Le projet « PONT » concerne l’étude de la géographie historique de la mer Noire antique comme facteur révélateur de transferts culturels. La masse de données disponibles aujourd’hui sur l’occupation antique des côtes et sur les dynamiques économiques et culturelles à l’intérieur du bassin pontique, avec les terres environnantes et les mers voisines, pose des problèmes d’accessibilité et de traitement scientifique. Pour pouvoir offrir quelques réponses claires sur l’histoire de cette région et sur la manière dont les peuples sédentaires et nomades, indigènes et exogènes, ont interagi pour exprimer, à certains moments, des identités géographiques ou ethniques pontiques, nous avons mis au point quelques principes méthodologiques et choisi un fil directeur.

La recherche sur la mer Noire a longtemps souffert du clivage entre pays anciennement communistes (de l’Europe de l’Est et du Caucase) et la sphère de l’OTAN (la Turquie et l’espace égéen) ; ainsi, les contraintes politiques, les moyens et l’intérêt inégal porté par ces États à leurs antiquités pontiques n’a pas encouragé les collaborations interdisciplinaires et les comparaisons avec les autres régions de la Méditerranée. Ces barrières économiques, linguistiques et scientifiques perdurent et il est de notre ressort de les dépasser. L’une des idées de ce projet est de travailler sur toutes les côtes de la mer Noire, de faciliter les rencontres des chercheurs et de proposer des publications qui effacent les frontières entre pays, écoles et disciplines modernes. Nous pensons que la géographie historique, avec ses volets géomorphologique (de reconstitution des paysages), historique (avec l’histoire environnementale) et philologique (avec l’histoire des représentations en texte et cartes), offre une approche privilégiée pour comprendre les caractéristiques des différentes communautés et la manière dont elles se transforment. Nos guides sont les Anciens, qui se sont intéressés à la mer Noire comme une région géopolitique à part, au moins depuis l’époque de Mithradate VI Eupator et de l’expansion romaine (selon les dires de Strabon et le témoignage indirect de Salluste, le premier pour nous à décrire cette mer comme un arc scythe, dans le contexte des guerres mithradatiques). C’est pourquoi nous dressons l’inventaire des sites et faisons de choix d’analyse des réseaux dans lesquels ceux-ci s’inscrivent en nous appuyant en priorité sur des documents qui présentent la mer Noire comme une unité à part : les périples d’Arrien et du Pseudo-Arrien et les documents qui permettent d’expliquer leur genèse (à partir de l’époque classique) et leur postérité (à l’époque médiévale). Des cas d’étude géohistorique exceptionnels – comme les détroits – nous permettent d’approfondir l’analyse.

 

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

haut de page