Accueil > Recherche > Projets > Axe A - Cultures et périphéries > Les produits biologiques en archéologie Recherche, sauvegarde et (...)

Dernière modification : 23 mars 2015

Les produits biologiques en archéologie
Recherche, sauvegarde et patrimoine

Dominique FRÈRE – AOrOc
2012

  Sommaire  

 Résumé

Les produits biologiques occupent dans toutes les cultures une grande place sous la forme de dépôts rituels, de fumigations, de libations de substances fluides (comme le vin, le lait, le miel...), de pratiques culinaires et alimentaires, de récipients emplis d’huile, de parfum, de matières grasses médicinales, d’oléorésines et bitumes, de conserves de viandes et de poissons, de boissons fermentées... Malgré le processus de dégradation qu’ils ont subi, certains de leurs composants ont pu être conservés sous la forme de résidus macroscopiques ou de marqueurs chimiques invisibles à l’œil nu, piégés dans les aspérités de l’intérieur d’un récipient en verre, en pierre ou en métal ou ayant imprégné la pâte d’un vase en céramique. Les données que peuvent fournir les traces de ces produits biologiques, bien qu’indispensables à la connaissance des pratiques culturelles, des échanges et des techniques, ne que sont rarement accessibles aux archéologues et aux historiens alors qu’existent actuellement différents outils analytiques adaptés à la complexité des matériaux et des questions abordées.

 

décembre 2017 :

novembre 2017 | janvier 2018

haut de page