Accueil > Recherche > Projets > Axe A - Cultures et périphéries > Étude des transferts culturels et gestion intégrée de la documentation (...)

Dernière modification : 23 mars 2015

Étude des transferts culturels et gestion intégrée de la documentation spatiale en sciences humaines

Stéphane VERGER – AOrOc
2013

  Sommaire  

 Bilan

Le programme a permis, comme prévu, d’organiser la double rencontre internationale qui s’est tenue à Paris les 26 et 27 mars 2013 ainsi que la réunion de travail du groupe Hochdorf IX. Die kline, qui a eu lieu le 28 mars. La table ronde s’est déroulée en deux temps.

La première demi-journée, qui s’est tenue dans l’amphithéâtre de PSL*, a été consacrée à la présentation de trois expériences actuelles de gestion intégrée du relevé des vestiges archéologiques, correspondant aux trois principaux cas de figure existant :

  • La gestion des anciennes et des nouvelles formes de relevé archéologique dans un grand service public d’archéologie. L’exemple pris est celui du service cartographique du Landesamt für Denkmalpflege im Regierungspräsidium Stuttgart à Esslingen, présenté par son responsable, Jörg Bofinger.
  • L’expérimentation technique et scientifique de nouveaux outils de représentation 3D utilisables dans le domaine de l’archéologie, dans le cadre d’une société privée d’archéologie, la société Arctron-3D de Regensburg, présentée par son directeur, Martin Schaich.
  • L’utilisation courante et combinée des techniques traditionnelles et innovantes du relevé en architecture antique dans une mission archéologique universitaire, à partir du cas des recherches dans la nécropole nord de Kyme d’Eolide en Turquie (Missione archeologica italiana di Kyme Eolica, AOrOc-MAE), par Elena Belgiovine, Daniele Capuzzo (société Archeosfera, Milan) et François Ory (AOrOc).

 

La seconde demi-journée a été consacrée à la présentation d’un cas particulier, celui de la banquette en bronze de la tombe princière hallstattienne de Hochdorf en Baden-Württemberg, ce trône multiple en bronze fabriqué par un atelier d’Italie du nord, à partir de modèles étrusques et orientaux, pour une puissante communauté celtique de l’Allemagne du Sud au VIe siècle avant J.-C. Cette pièce unique dans l’Antiquité, un des objets les plus importants pour la connaissance de l’organisation et des rituels politiques « celtes » anciens et pour la transmission de pratiques méditerranéennes au nord des Alpes, fait actuellement l’objet d’une étude pluridisciplinaire dans le cadre d’un programme financé par la Deutsche Forschungs Gemeinschaft et porté par le Landesmuseum de Stuttgart. La rencontre a été organisée conjointement avec le Centre allemand d’Histoire de l’Art de Paris (avec Florian Stilp, le responsable pour l’Antiquité) et s’est tenue dans les locaux de celui-ci. La question posée était la suivante : comment insérer, dans un modèle 3D de l’objet obtenu par une combinaison de scanner 3D à très haute résolution et de photogrammétrie assistée par ordinateur, l’ensemble des données scientifiques réunies par le groupe de travail franco-allemand – images en tomographie assistée par ordinateur, analyses physico-chimiques et isotopiques, étude des restes textiles, observations techniques et archéologiques…

Une troisième demi-journée a consisté en une réunion de travail fermée du groupe de travail franco-allemand chargé de l’édition monographique de la banquette de Hochdorf. Elle a été l’occasion de revenir sur les présentations des jours précédents et de mettre en pratique concrètement les procédures exposées.

Les résultats de la rencontre sont nombreux. Le premier d’entre eux vient de la fréquentation des rencontres, qui ont réuni chercheurs, ingénieurs, doctorants et élèves de master et ont fait connaître pour la première fois à Paris les avancées extraordinaires effectuées dans le domaine de la représentation 3D en archéologie par le Landesamt du Baden-Württemberg.

Ensuite, la rencontre a permis d’élaborer la table des matières définitive de l’ouvrage Hochdorf IX – Die kline, qui sera publié dans la collection des Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg. Ella a aussi permis de renforcer la caractère franco-allemand et international de la publication, avec l’insertion dans l’équipe de paléométallurgistes d’Orsay (pour un nouveau type d’analyse des parties en fer actuellement élaboré dans le cadre d’un programme ANR-DFG) et des archéologues de la société Archeosfera (pour l’élaboration définitive de l’illustration du volume)

Enfin, la rencontre a permis de mettre ne place une formation aux nouvelles techniques de relevé archéologique 3D par photogrammétrie assistée par ordinateur, en plusieurs étapes : stage de formation pour les deux collègues de la société Archeosfera et pour Stéphane Verger auprès de la société Arctron 3D, pris en charge par le programme Hochdorf de la DFG (juin 2013) ; stage de formation des ingénieurs et de chercheurs d’AOrOc par les collègues d’Archéosfera, pris en charge par AOrOc (mai 2014). Cette formation, en cours d’organisation, sera ouverte aux membres du labex et d’autres laboratoires de TransferS intéressés.

 

octobre 2019 :

Rien pour ce mois

septembre 2019 | novembre 2019

haut de page