Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2018-2019 > PHAM Van Quang

Dernière modification : 19 avril 2019

PHAM Van Quang

Université nationale de Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam)
Invité de l’ITEM – mai 2019

JPEG - 638.2 ko

 

 

En mai 2019, le labex TransferS et Claire Riffard (ITEM) accueillent PHAM Van Quang, maître de conférences à l’École supérieure des sciences sociales et humaines, Université nationale de Hô-Chi-Minh-Ville.

 

 

 

 

Penser le temps postcolonial du Vietnam : pour une reconfiguration du paradigme occidental

 

Revenir sur ce qui se produit à des moments primordiaux dans l’histoire intellectuelle du Vietnam postcolonial nous évoque tout de suite une réflexion sur le choix de paradigme ou de modèle qui régit ce champ dans son ensemble. Si le devoir qui nous est conféré à l’heure actuelle est de faire revivre l’héritage d’un espace culturel et d’une historiographie, il est nécessaire de souligner qu’il ne s’agit de rien autre que d’un regard rétrospectif sur la façon dont l’homme fait face à son époque tout en s’engageant dans la production et la transmission des connaissances. Mais comment parler de la postcolonialité du Vietnam dans son rapport de temporalité avec des formes de connaissances ? Comment redresser une histoire intellectuelle sans se passer des récits individuels et collectifs ? Et plus particulièrement comment comprendre la postcolonialité dans le contexte du Vietnam et sa fonction théorique dans l’étude de la mémoire et de l’oubli en corrélation avec l’hisoriographie française ? Ces questions nous amènent forcément à la problématique de la temporalité et de l’événementialité pour reconfigurer un « récit national » dans lequel convergent toutes les dimensions sociale, historique, politique, phénoménologique, psychologique, ontologique et esthétique. En effet, si ce « grand récit » est un espace à la fois réel, fantastique et énigmatique, les moindres détails suffiraient à suggérer des interprétations significatives, d’autant plus que des personnages sociaux, des sujets individus, malgré la précarité dans leur temporalité personnelle, représentent une vie dotée de toute sa grandeur. Toute vie mérite effectivement d’être mise en considération, car elle se constitue par des trajectoires collectives et personnelles et forme un univers des mémoires, des souvenirs, des mythes, mais aussi un repère à partir duquel le présent serait éclairé et sur lequel se fonderait la société du futur. Pour tout cet argumentatif, le séminaire interrogera la réflexion et l’intervention françaises comme les facteurs caractérisant un francocentrisme dans l’histoire intellectuelle postcoloniale du Vietnam. Car pour appréhender le Vietnam contemporain, il est nécessaire de faire référence à la « République coloniale ».

 

Programme des conférences

 

Mardi 7 mai 2019 - L’intelligentsia vietnamienne du Sud et le paradigme occidental

Si le terme de paradigme occidental est aussi révoqué en doute que celui d’intelligentisa vietnamien, ils évoquent, tous deux, des réflexions sur les circonstances socio-historiques postcoloniales dans lesquelles s’inscrivent les acteurs de pensée et d’activité. Cette première conférence se concentrera sur les pratiques de l’esprit occidental par les intellectuels vietnamiens du Sud au lendemain de la décolonisation française. Il s’agira d’une occasion de faire ressortir la manière dont les auteurs vietnamiens mettent en œuvre les références occidentales dans le champ politique et culturel vietnamien.

Mardi 14 mai 2019 - Les pensées occidentales dans la perspective vietnamienne. Etude des textes de la revue Tư Tưởng-Pensée

La deuxième conférence s’intéresse plus particulièrement au problème de la confrontation des courants de pensée occidentaux avec la pensée orientale dans la construction de la voie vietnamienne. Les textes fondateurs de la revue Tư Tưởng (La Pensée) seront l’objet de cette étude en vue de mettre en lumière le processus de décontruction ou de réinterprétation de la phénoménologie de Husserl, du structuralisme de Lévi-Strauss et des pensées de Heidegger et de Nietzsche. Ces grands penseurs sont mis en dialogue avec la philosophie bouddhiste orientale. Thich Minh Châu, Lê Tôn Nghiêm, Ngô Trong Anh et Pham Công Thiên, sont les figures importantes dans ce processus de reconfiguration des pensées.

Lundi 27 mai 2019 - Le fondement d’une attitude de connaissance dans la construction sociale. Le cas de Nghiêm Xuân Hông

La troisième intervention au sujet de la reconfiguration du paradigme occidental est directement liée à l’œuvre de Nghiêm Xuân Hông, l’une des grandes figures les plus inflentes dans le monde intellectuel vietnamien de l’époque. L’œuvre de Nghiêm Xuân Hông est dominée par un souci de la recherche d’une voie, d’un sens pour la reconstruction sociale du Vietnam. Son premier ouvrage intitulé Đi tìm một căn bản bản tư tưởng (A la recherche d’un fondement de la pensée), avec le sous-titre « Épistémologie » (1957), réédité pour plusieurs fois entre deux années 1964 et 1967, fait de lui un théoricien nationaliste moderne et un anti-marxiste. Sa pensée se développe plus largement dans ses autres livres, tels que Lịch sử diễn tiến của Phong trào Quốc gia Viet Nam (L’histoire et l’évolution du mouvement nationaliste du Vietnam) (1959), Xây dựng nhân sinh quan (La construction de la vision humaine) (1960), Cách mạng và hành động (La Révolution et l’action) (1962).

 


  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

    Mardi 7, 14 & lundi 27 mai 2019 - 15h00-17h00
    ENS, 45 rue d’Ulm, 75005
    salle Lettres 1 (2e étage, escalier B/C)


haut de page