Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2016-2017 > Paula BARREIRO LOPEZ

Dernière modification : 19 juillet 2017

Paula BARREIRO LOPEZ

Université de Barcelone (Espagne)
Invitée de l’IHMC - avril à juin 2017

Paula BARREIRO LOPEZ - Invitée du labex TransferS - avril-juin 2017

D’avril à juin 2017, le labex TransferS et Béatrice Joyeux-Prunel (IHMC) accueillent le Pr. Paula BARREIRO LOPEZ du Département d’Histoire de l’Art, Université de Barcelone (Espagne).

 

 

 

Cours d’introduction générale à l’art espagnol sous le franquisme

Ce cours étudiera les rapports, négociations et « collisions » entre les mouvements d´avant-garde et le système dictatorial espagnol (dirigé par le général Francisco Franco entre 1939 et 1975) entre les années 1950 et la fin de la dictature. Plusieurs artistes et groupes d’artistes (Pablo Picasso, Joan Miró, Antonio Saura, Antoni Tapies, Equipo 57, Equipo Crónica, Juan Genovés, Grup de Treball, etc.), ainsi que les mouvements artistiques de l’époque seront abordés de cette perspective, de l´art informel, l´abstraction géométrique et des diverses variétés de réalisme de l’époque, à la figuration narrative, l´art cinétique et l´art conceptuel. On analysera également le rôle des échanges internationaux dans la création, le développement et l’activation idéologique de ces tendances. Paris, Zurich, Rome, Venise, São Paulo ont été des villes très importantes pour la construction identitaire de l´avant-garde en Espagne, via des échanges directs avec des créateurs et des critiques de ces métropoles - comme Max Bill, Gilles Aillaud, Michel Tapié, Giulio Carlo Argan, Pierre Restany, etc. Le cours permettra d´expliquer les mouvements artistiques développés en Espagne, mais aussi de problématiser le concept même d´avant-garde et son rapport avec la politique et l´idéologie des années 1950 aux années 1970.

  • Play 6 séances les mardis 25/04, 02/05, 09/05, 16/05, 23/05 et 30/05
  • 10h30-13h30, ENS - salle de conférences du 46 rue d’Ulm

 

Dans le cadre du séminaire Artl@s

  • 04/05 - 13h30-16h - ENS, salle de l’IHMC (45 rue d’Ulm)
  • Biennales et politique artistique sous le Franquisme
  • À partir des années 1950, la dictature franquiste trouve dans les arts un outil de politique extérieure fort utile, et pendant près de vingt ans, elle tente de contrôler l’avant-garde afin de l’utiliser dans son entreprise de réhabilitation de l’Espagne à l’international. Ainsi en Espagne l’art informel est interprété comme un produit national. Malgré ses liens directs avec le mouvement international de l’abstraction lyrique, l’art informe est alors perçu en Espagne comme une mouvance moderne qui se réapproprierait l’héritage de la tradition picturale espagnole du XVIIe siècle, à travers des valeurs et des icônes considérées comme représentatives de l’identité culturelle du pays (la spiritualité, la solennité, le réalisme et l’expressionnisme des maîtres de la peinture espagnole comme Velázquez, Zurbarán et Goya). Cette conception avait des connotations autarciques claires, car elle réinterprétait principalement les tendances modernes à l’aune du contexte espagnol. Cette auto-référence renforçait « l’hispanicité » de l’avant-garde informelle nouvellement créée et présentée à l’international, la positionnant davantage comme un produit national que comme une lingua franca partagée avec d’autres régions du monde.
    La consolidation de cette interprétation fut particulièrement importante entre 1957 et 1962, au moment de la première internationalisation de l’Art informel. Très conscients du potentiel de l’avant-garde pour les efforts diplomatiques du régime, les acteurs officiels (Gonzales Robles par exemple, commissaire de la participation espagnole aux Biennales de Venise et de São Paulo de 1957 à 1975) essayent alors de codifier et de consolider cette interprétation sur la scène internationale avec des expositions, des catalogues et des livres. En se promenant dans les ateliers d’artistes afin de constituer une sélection pour le(s) pavillon(s) espagnol(s), Robles choisit des participants qui pouvaient correspondre à la fois aux critères internationaux et au discours nationaliste établi depuis la fin de la Guerre civile. Dans un entretien, l’artiste Antonio Saura se souvint que le curateur lui avait demandé « des peintures très grandes, très dramatiques, très abstraites et très espagnoles. » Essentiellement en raison de la politique culturelle développée par son puissant curateur officiel, ce récit traditionaliste et autoréférentiel devint un outil théorique de légitimation du régime, point fort dans ses échanges diplomatiques et dans les présentations espagnoles des Biennales, à un moment délicat dans son processus de reconnaissance internationale.

 

  • 01/06 - 13h30-16h - ENS, salle de l’IHMC (45 rue d’Ulm)
  • Play Avant-garde et réalité sociale à la Biennale de Venise de 1976 : une lutte pour la signification de l’art moderne dans l’Espagne du franquisme
  • En 1976, presque un an après la mort du dictateur Francisco Franco (le 20 novembre 1975), eut lieu la première évaluation générale de la période artistique des années franquistes avec l’exposition rétrospective España : Vanguardia artística y realidad social : 1936–1976 (Espagne : Avant-garde artistique et réalité sociale : 1936-1976), qui se tint à la Biennale de Venise. La 37e Biennale avait non seulement restructuré ses activités, afin d’y inclure le cinéma, l’architecture et d’autres formes d’art dans son programme ; elle s’était aussi mise à suivre une voie nouvelle, par rapport à son organisation pré-1968, avec des expositions thématiques aux positionnements politiques et idéologiques [1]. La contribution espagnole fut organisée sans la participation des autorités franquistes, afin de montrer l’avant-garde espagnole sans l’intervention du régime. La mise en place d’une participation espagnole indépendante avait déjà commencé en 1974 lorsque Franco était encore vivito y coleando [2] (bien vivant). Cette année-là, les organisateurs avaient dédié la 36e Biennale à la contestation du putsch militaire de Pinochet au Chili. Ainsi España : Vanguardia artística y realidad social : 1936–1976, deux ans plus tard, était clairement une prolongation des visées de la biennale, transformant l’exposition en évènement anti-fasciste [3]. Cette séance vise à analyser avec détail cette exposition dans le cadre générale de la nouvelle Biennale, en montrant le rôle de l’exposition pour la création d’un discours contra-hégémonique au modèle esthétique soutenu par le régime. Ainsi, elle abordera les échanges entre la dissidence et la dictature dans le conflit autour de la définition du sens de l’art moderne. Mon but est de révéler les processus continuels de négociation que provoqua l’État dictatorial, ainsi que les luttes médiatisantes, conceptuelles et politiques autour de l’interprétation de l’art moderne qui se poursuivirent jusqu’après la mort du dictateur.

 

 


Paula Barreiro-Lopez est spécialiste des modernités artistiques en Espagne et en Amérique latine depuis les années 1940. Auteure de deux livres sur l’abstraction et l’avant-garde espagnole sous le franquisme (La abstracción geométrica en España (1957-1969), Madrid, CSIC, 2009, et Arte normativo español. Procesos y principios para la creación de un movimiento, Madrid, CSIC, 2006), elle a également étudié les milieux de la critique d’art - très actifs lors des grandes expositions internationales comme les Biennales (à apparaître en 2016 : Avant-garde Art and Criticism in Francoist Spain, Liverpool University Press). Elle coordonne à l’univ. de Barcelone un programme d’histoire transatlantique de l’art entre Espagne et Amérique latine (publication en 2015 : Paula Barreiro López et Fabiola Martínez (eds), Modernidad y Vanguardia. Rutas de intercambio entre España y Latinoamérica, Madrid, Museo Reina Sofía ; voir http://modernidadesdescentralizadas.com/en/) est spécialiste des modernités artistiques en Espagne et en Amérique latine depuis les années 1940. Auteure de deux livres sur l’abstraction et l’avant-garde espagnole sous le franquisme (La abstracción geométrica en España (1957-1969), Madrid, CSIC, 2009, et Arte normativo español. Procesos y principios para la creación de un movimiento, Madrid, CSIC, 2006), elle a également étudié les milieux de la critique d’art - très actifs lors des grandes expositions internationales comme les Biennales (à apparaître en 2016 : Avant-garde Art and Criticism in Francoist Spain, Liverpool University Press). Elle coordonne à l’univ. de Barcelone un programme d’histoire transatlantique de l’art entre Espagne et Amérique latine (publication en 2015 : Paula Barreiro López et Fabiola Martínez (eds), Modernidad y Vanguardia. Rutas de intercambio entre España y Latinoamérica, Madrid, Museo Reina Sofía ; voir http://modernidadesdescentralizadas... )


[1Voir Vittoria Martini, « The evolution of an exhibition model. Venice Biennale as an entity in time », Federica Martini et Vittoria Martini, Just Another Exhibition : Histories and Politics of Biennials, Milan, Postmediabooks, 2011, pp. 119–38

[2« Vivito y coleando » ; Eduardo Arroyo, Sardinas en aceite, Madrid, Mondadori, 1989 p. 128

[3Rosalía Torrent, España en la Bienal de Venecia, Castellón, Diputación de Castellón, 1997, p. 79

juillet 2017 :

Rien pour ce mois

juin 2017 | août 2017

haut de page