Accueil > Manifestations > Séminaires > Séminaires 2015-2016 > Littérature et cosmopolitisme : discours, poétiques, pratiques, circulations (...)

Dernière modification : 9 janvier 2017

Littérature et cosmopolitisme : discours, poétiques, pratiques, circulations 2015-2016

THALIM

 

Vendredi 4 décembre 2015 - Immeuble Rataud, ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e

Claude Leroy (Université Paris Ouest)

Une poétique cosmopolite ? Blaise Cendrars et la dissociation des images du Brésil

 

Lorsque Blaise Cendrars se rendit au Brésil, en 1924, il fut accueilli comme un poète d’avant-garde. Mais détournant les modernistes brésiliens du modèle européen, il les invita à découvrir avec lui leur propre pays. Deux autres séjours en 1926 et 1927 confirmèrent au grand voyageur qu’il avait enfin rencontré son « Utopialand ». Pendant plus de trente ans, il consacrera au Brésil, avec passion, poèmes, essais, reportages, nouvelles, mémoires. Renouant avec l’enthousiasme des premiers descobridores, en 1500, il a repris à son compte les deux représentations fondatrices de l’imaginaire brésilien : le Paradis terrestre et la Terre d’avenir. En jouant avec le pouvoir de séduction de ces « clichés poétiques », au risque délibéré de l’exotisme, il les a appropriés à sa mythologie personnelle. Celui qui se présentait comme le poète « du monde entier » n’a cessé de rêver sur l’origine, dans l’espoir de parvenir « au cœur du monde ». Selon la méthode de Remy de Gourmont qu’il avait choisi pour maître à vingt ans, il s’est attaché à dissocier et à recréer ces deux grandes images reçues. Et il leur a ajouté celle que lui seul pouvait apporter à sa terre d’utopie : au Brésil, pays du bois braise, « Blaise » a découvert la patrie spirituelle qu’attendait son pseudonyme.

 

février 2023 :

Rien pour ce mois

janvier 2023 | mars 2023

haut de page