Accueil > Recherche > Projets > Axe B - Penser en langues et traduire > Les intraduisibles de la langue italienne Le cas du binôme philosophie-philologi

Dernière modification : 2 mai 2018

Les intraduisibles de la langue italienne
Le cas du binôme philosophie-philologie

Rossella SAETTA COTTONE – Centre Léon Robin
Depuis 2015

 n° 3 de la revue Aretè. International Journal of Philosophy, Human & Social Sciences

Ed. Sara Fortuna (Università Guglielmo Marconi, Roma), Rossella Saetta Cottone (CNRS, Paris)

Ce numéro est

entièrement consacré au plurilinguisme. Ce thème est abordé selon des perspectives conceptuelles et disciplinaires différentes, sans aucune prétention d’exhaustivité. Le numéro s’articule en quatre sections principales, dont la première (« Discussioni ») contient deux discussions sur le plurilinguisme européen qui ont eu lieu à Berlin, respectivement en février et en avril 2016, la première entre Barbara Cassin, Tullio De Mauro et Jürgen Trabant, la seconde entre ce dernier et Philippe Van Parijs. Les deux discussions se proposent de confronter et de faire dialoguer des visions différentes concernant le sens et les objectifs d’une citoyenneté européenne vue sous l’angle des langues et de la culture, et elles laissent inévitablement apparaître non seulement des différences théoriques, mais aussi les appartenances des intervenants, disciplinaires (philosophie du langage, philologie, philosophie politique) et culturelles (contexte français, allemand, italien, belge).

La deuxième section de la revue (« Poetiche del plurilinguismo ») est consacrée à l’étude d’œuvres poétiques plurilingues et/ou d’auteurs plurilingues, notamment au rôle du plurilinguisme dans la genèse de processus créatif comme dans la production de représentations poétiques spécifiques, de réflexions sur la langue poétique qui leur sont liées, et d’effets poétiques particuliers comme le comique et le rire.

La troisième section (« Oltre il verbale : costruzioni plurisemiotiche ») propose une extension de la notion de plurilinguisme au delà de son application aux langues verbales, c’est-à-dire une déclination du plurilinguisme comme plurisémiotisme, à travers une lecture inédite du plurisémiotisme dans la Scienza nuova de Giambattista Vico, un essai sur le concept kantien de fiction analysé du point de vue de sa valeur euristique dans le domaine de la littérature, et une lecture des Sillabari de Goffredo Parise, dont on retrouve l’inspiration dans la philosophie de Merleau-Ponty et dans sa valorisation de la dimension expressive, perceptive et sentimentale de la corporéité.

La quatrième section (« Universale, particolare, plurale ») comprend quatre articles qui discutent un ensemble de questions strictement liées au plurilinguisme : une analyse comparative de certains modèles de la pédagogie interculturelle, la présentation d’un mouvement d’idées transnationales basé sur le « modèle » plurilingue et multiculturel offert par Hannah Arendt, une analyse des interprétations de la figure de Saint Paul qui aboutit à l’affirmation de sa « double non-identité » et un pamphlet qui défend l’intérêt de la théorie queer en vue de la construction de toute identité multiculturelle .

Une dernière partie contient sept comptes rendus de livres, qui reproposent certains des thèmes principaux abordés dans les sections précédentes : l’interculture, la traduction, les théories du langage, le plurisémiotisme et la Linguistic Justice.

 

Les auteurs : Barbara Cassin, Tullio De Mauro, Jürgen Trabant, Philippe Van Parijs, Maddalena Vaglio Tanet, Esa Christine Hartmann, Myrto Gondicas, Paolo Mannina, Paloma Brook, Sara Fortuna, Lidia Gasperoni, Elisa Attanasio, Giuseppe Burgio, Marinella Muscarà, Stefania Maffeis, Luca Di Blasi, Carmen Dell’Aversano, Marco Brazzoduro, Claudio Oliveira da Silva, Alessandro de Lachenal, Alessandro Grilli, Valentina Martina, Matteo Bonotti.

octobre 2019 :

Rien pour ce mois

septembre 2019 | novembre 2019

haut de page