Accueil > Recherche > Projets > Axe A - Cultures et périphéries > Les casques celtiques et celto-italiques Transferts techniques et (...)

Dernière modification : 26 mars 2018

Les casques celtiques et celto-italiques
Transferts techniques et stylistiques entre l’Europe moyenne et l’Italie centrale au IVe s. av. J.-C.

Thierry LEJARS – AOrOc
2016-2018

  Sommaire  

 Résultats

Le travail engagé s’appuie sur une étude directe des objets qui permet d’illustrer ces transferts techniques et stylistiques : Agris (Charente), Ensérune (Hérault) et Tintignac (Corrèze) du côté français, Montefortino di Arcevia (Marches), Monterenzio Vecchia (Émilie-Romagne), Pérouse et Todi (Ombrie) du côté italien. L’élaboration d’une typologie fine, avec les indispensables observations techniques et stylistiques, implique en amont le nettoyage et le remontage de spécimens rarement intacts, une démarche préalable à tout examen critique, en particulier pour les exemplaires en fer.

Pour mener à bien cette recherche nous avons recours à différentes techniques d’investigation qui permettent de cerner au mieux les objets eux-mêmes : la radiographie et la tomographie X, la restauration, la documentation graphique et photographique (classique et RTI), la modélisation 3D, sans oublier une prise en compte des contextes de découvertes (données de fouille et archives). À ce stade, seule l’étude du casque d’Ensérune est achevée et publiée (*). La restauration des exemplaires de Montefortino et Tintignac est en cours. Celle des exemplaires d’Agris, de Monterenzio Vecchia, de Pérouse et Todi est achevée.

  • Casque d'Ensérune (France, Hérault)
  • 1. Casque d’Ensérune (France, Hérault), vue latérale gauche
  • cliché P. Gardin, IRRAP, Compiègne

 

L’étude des casques de Tintignac est réalisée en collaboration avec Christophe Maniquet (Inrap) et l’équipe de Materia Viva à Toulouse qui en assure la restauration et la conservation. Sur les neuf casques de la série, un premier exemplaire en forme d’oiseau a déjà été publié par nos soins, la restauration et l’étude de trois autres (en fer et en bronze) est en cours. Ces derniers se singularisent par leur fragilité et la richesse de leur étonnante ornementation (décors d’anneaux, de résilles et d’appliques en fort relief).

Le casque d’Agris est probablement une des réalisations les plus complexes jamais réalisées. La multiplication des matériaux et l’extrême minutie des ornements qui couvrent la totalité de la surface nous ont conduits à privilégier pour l’investigation des techniques d’analyses et d’imagerie de pointe. Le groupe de travail réuni autour de José Gomez de Soto (CNRS, Rennes), se compose également de chercheurs du C2RMF. Si la numérisation 3D a permis de réaliser des relevés précis des décors, les procédés radiographiques révèlent toute la complexité de la structure interne de l’objet (assemblage, détection de défauts de coulée, soudures, réparation, etc.). Un bilan d’étape a été présenté lors de la table ronde « Nouvelles recherches sur le casque d’Agris » (ENS, 9 mars 2017).

Le travail sur les casques celto-italiques est réalisé en collaboration avec Renaud Bernadet, conservateur-restaurateur (Université Panthéon-Sorbonne) et Fabio Milazzo (Surintendance archéologique des Marche). Le démontage des restaurations anciennes, obsolètes ou erronées, des casques en fer de Montefortino a permis de retrouver sous le plâtre et la rouille la morphologie originelle et les décors ciselés et émaillés. Renaud Bernadet a présenté ce travail lors du colloque conclusif de l’ANR CAECINA « Contacts et acculturation dans l’Etrurie classique : images, Notions et Artefacts » (École française de Rome, 2 et 3 octobre 2017)

  • Casque de Monterenzio Vecchia (Italie, Émilie-Romagne)
  • 2. Casque de Monterenzio Vecchia (Italie, Émilie-Romagne), t. 16, vue latérale avant et après restauration
  • Restauration et cliché, R. Bernadet
  • Casque de Montefortino di Arcevia (Marches)
  • 3. Casque de Montefortino di Arcevia (Italie, Marches) – tombe 4/5. a : casque en l’état (restauration ancienne), b et c : tomographie X, vues tridimensionnelles et coupes (laboratoire Tech Eurolab SRL. Modène)
  • Document élaboré par R. Bernadet

 

L’étude de ce corpus nous permet d’envisager à brève échéance une réflexion des processus en œuvre de transferts techniques et stylistiques entre l’Europe celtique occidentale et l’Italie préromaine médio-adriatique. La force de ce projet repose sur ce corpus renouvelé et le recours aux techniques d’imagerie numérique (Benjamin Houal, chercheur associé à l’AOrOc). Cela nous permettra en outre de proposer avec les structures muséales concernées, en plus des publications traditionnelles, un référentiel en ligne dont il convient encore de définir les modalités.

 


(*) LEJARS Th., MARCHAND G., SCHWALLER M., Le casque laténien en fer d’Ensérune (Hérault), Documents d’Archéologie Méridionale, 38-2015 (2017), 201-226.

octobre 2019 :

Rien pour ce mois

septembre 2019 | novembre 2019

haut de page