Accueil > Manifestations > Colloques, journées d’étude > Atelier Digit_Hum 2017

Dernière modification : 18 septembre 2017

Atelier Digit_Hum 2017

Journée d’études

  Sommaire  

 Résumés

 

 

  • Digit Hum 2017 Abiteboul
  • Métier data scientist
  • par Serge Abiteboul (Inria – ENS)
  • La data science (la « science des données ») et ses liens avec le Big Data (parfois traduit par la « datamasse ») ont été beaucoup discutés. Le terme « data scientist » est pris ici au sens large pour ce qui est des compétences, comme scientifique et ingénieur, peut-être technicien, et son domaine d’application. Il recouvre des besoins : des entreprises (ingénieurs, techniciens) et des institutions de recherche (scientifiques). La France disposant d’excellents enseignements en mathématiques, statistiques et informatique, on devrait pouvoir rapidement former d’excellents data scientists. La question est : « comment s’y prendre ? ».

 

  • Digit Hum 2017 Iris
  • Présentation de l’IRIS Science des données, données de la science
  • par Florence Weber (Département de Sciences Sociales de l’ENS – Centre Maurice Halbwachs – Présidente du Conseil académique de PSL)
  • L’IRIS « Science des données, données de la science » vise à favoriser le dialogue interdisciplinaire entre informatique théorique, sciences de la nature, sciences de la société et humanités numériques. Au-delà des solutions techniques, loin d’être également à la portée de toutes les disciplines, un tel dialogue renouvelle la réflexion sur les enjeux éthiques et épistémologiques des transformations en cours dans la production des données et dans leur diffusion. Révolution scientifique majeure, recomposition des occasions de profit, risques pour la démocratie, émergence de nouveaux métiers, démocratisation de l’accès aux savoirs, nouvelles représentations de l’humanité individuelle et collective : ces enjeux seront éclairés par l’organisation – qui reste à construire – d’une réflexion commune au sein de PSL.
  • https://www.univ-psl.fr/fr/iris-sciences-donnees

 

  • Digit Hum 2017 Poncet
  • Filigranes pour tous : développement d’un outil de reconnaissance d’identification partagées pour le papier médiéval et moderne
  • par Olivier Poncet (ENC)
  • Le projet « Filigranes pour Tous », financé par PSL (2017-2019) et développé par ses institutions-membres (École nationale des chartes, École normale supérieure et Institut de recherche et d’histoire des textes), vise à construire un nouveau corpus et développer une nouvelle méthodologie pour l’identification de filigranes médiévaux et de la première modernité. Le corpus initial sera constitué en collaboration avec des services d’archives et des bibliothèques, en se concentrant principalement sur des filigranes français.
    La technologie de reconnaissance optique par les réseaux de neurones (deep learning) sera utilisée pour procéder aux identifications à partir des images collectées sur des sources originales diverses et non à partir de dessins réalisés par les chercheurs. Le projet utilisera un équipement composé de smartphones et des feuilles lumineuses pour les prises de vues. Des études plus approfondies seront nécessaires pour vérifier si les corpus disponibles en ligne pourraient être inclus dans la base de données servant aux comparaisons/identifications.
    Lorsque le logiciel correspondant aura atteint un stade de développement satisfaisant, nous planifions de le mettre en œuvre sous forme d’une application pour des smartphones, afin de permettre à des chercheurs, des experts, des conservateurs et des marchands de pouvoir identifier des filigranes instantanément, en ajoutant leurs propres images et des métadonnées de base au corpus (crowdsourcing). Les utilisateurs seront invités à suivre des directives communes pour l’acquisition d’image, en utilisant des outils inclus dans l’application afin de collecter de manière cohérente les nouveaux filigranes et d’enregistrer les échelles avec lesquelles les images seront prises.
  • Illustration : Filigrane au motif de cadran dans un acte du 20 avril 1656 (Arch. nat., Min. centr., XIX, 456, non fol. / cl. O. Poncet)

 

  • Digit Hum 2017 Weber
  • Données de sciences sociales : le projet ArchEthno du labex TransferS
  • par Florence Weber (ENS – labex TransferS), avec Agnès Tricoche (CNRS – labex TransferS) et Carlo Zwölf (Paris Astronomical Data Centre – Observatoire de Paris)
  • Le projet ArchEthno est issu de l’archivage par les chercheurs d’une expérience originale d’ethnographie collective menée en 2003-2005 : pour vérifier à l’échelle de la population résidant en France des hypothèses issues d’enquêtes ethnographiques classiques au sein de familles confrontées à la dépendance cognitive d’un parent (troubles de type Alzheimer), l’équipe est passée par une étape d’ethnographie réduite (délégation de la passation des questionnaires à des enquêteurs rémunérés, chargés de remettre aux chercheurs leur journal d’enquête) avant de participer à l’élaboration des enquêtes Handicap Santé 2008 en population générale (INSEE-DREES). La construction d’une base de données consultable sous conditions, fournie à l’appui des publications scientifiques peer-review des membres de l’équipe, va bientôt permettre de publier une partie de ces données en ligne. L’architecture originale d’ArchEthno, qui évolue avec les enquêtes archivées en fonction des besoins des chercheurs (la dernière enquête archivée concerne la prise en charge en service fermé de patients de la psychiatrie et la stigmatisation des malades mentaux, moteur de l’aggravation de la maladie), a conduit à une collaboration avec l’Observatoire de Paris pour la mise en œuvre d’une solution informatique qui pose les bases d’une extension prudente en SHS, et pour des données qualitatives, de la méta-analyse de corpus de données à caractère personnel, courante en sciences biomédicales.
  • Illustration : Les Murs ne parlent pas, Série « Hôpital Bellevue », France, 2014, photographie Jean-Robert Dantou

 

  • Digit Hum 2017 Dessales
  • Villa de Diomède, Pompéi : des archives aux restitutions 3D
  • par Hélène Dessales (ENS, AOROC UMR 8546)
  • Comment restituer l’évolution d’un monument de Pompéi au fil du temps, de sa création à l’époque romaine aux restaurations contemporaines ? La Villa de Diomède constitue un cas très emblématique, puisqu’il s’agit d’un des premiers bâtiments découverts sur le site (1771-1775) et un des plus représentés et décrits par les voyageurs au cours du XIXe siècle. Engagé en 2012, un programme pluridisciplinaire a pour objectif de modéliser la fabrique de cette grande villa, des chantiers de construction successifs qui ont rythmé sa vie jusqu’à l’éruption du Vésuve en 79 ap. J.-C. aux fouilles et restaurations contemporaines qui en ont transformé l’image jusqu’à nos jours. Pour ce faire, différentes compétences se sont associées : archéologie de la construction, ingénierie des structures, gestion des archives historiques et archéologiques par bases de données, cartographie SIG, informatique avec photogrammétrie et modélisation 3D.
  • http://villadiomede.huma-num.fr/3dproject/
  • Illustration : Villa de Diomède. Superposition d’une vue gravée de Philippe Benoist (1846) et du modèle photogrammétrique (2015). © Villa Diomedes Project. Infographie 3D : Alban-Brice Pimpaud (archeo3D) | Yves Ubelmann & Philippe Barthelemy (Iconem).

 

  • Digit Hum 2017 Poibeau
  • Mapping Bentham : une cartographie du fonds Bentham de UCL (partenariat entre le Lattice et le laboratoire Digital Humanities de University College London)
  • par Thierry Poibeau (Directeur du Lattice) en collaboration avec Pablo Ruiz et Frédérique Mélanie (Lattice)
  • University College London (UCL) possède une collection de 40000 manuscrits inédits du philosophe anglais Jeremy Bentham (1748-1832). Le projet Transcribe Bentham (en cours depuis 2010) a permis de numériser, transcrire et encoder suivant le standard TEI 18000 de ces manuscrits grâce à un large effort de crowdsourcing (myriadisation). Le projet doit se poursuivre jusqu’à la numérisation de l’intégralité du fonds Bentham. Mais qu’y a-t-il dans ces manuscrits ? De quoi parlent-ils ? Quels sont les documents sur un même sujet ? Le projet Mapping Bentham, mené par le laboratoire Lattice en collaboration avec UCL, vise à répondre en partie à ces questions, en identifiant les principaux sujets traités dans les documents et en produisant des cartes susceptibles de révéler les proximités entre les documents et les thèmes de recherche abordés par Bentham au cours du temps.
  • http://blogs.ucl.ac.uk/transcribe-bentham/

 

  • Digit Hum 2017 Mahe
  • Design /arts / sciences – expérimental
  • par Emmanuel Mahé (EnsAD, Directeur de la Recherche)
  • Fondé en 2007, EnsadLab est le laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs — Paris. 
Les débats suscités par les différents classements mondiaux des grandes écoles et des universités montrent à quel point la Recherche est devenue une activité clé. Il faut y préparer la nouvelle génération de designers et d’artistes en leur proposant une formation spécifiquement dédiée. Dans ce contexte, les étudiants-chercheurs d’EnsadLab sont amenés à développer leurs recherches pratiques au sein de projets collaboratifs afin : d’acquérir des compétences complémentaires au cursus initial, d’explorer de nouvelles méthodologies, d’expérimenter des hypothèses inédites, d’apprendre à travailler avec des scientifiques, de proposer des solutions à divers problèmes contemporains, c’est-à-dire inventer de nouvelles formes (relationnelles, technologiques, esthétiques, sociales).
    EnsadLab accueille 30 étudiants-chercheurs au sein de huit groupes de recherche thématiques, chacun piloté par des enseignants, chercheurs et créateurs de l’EnsAD. Une trentaine d’artistes, designers et experts réputés interviennent également tout au long de l’année.

 

  • Digit Hum 2017 Kaplan
  • Les Big Data du passé : la machine à remonter le temps européenne
  • par Frédéric Kaplan (EPFL, Directeur du Digital Humanities Lab)
  • Un consortium de plus de cent institutions propose aujourd’hui la création d’un programme de recherche et d’une infrastructure internationale permettant l’extraction massive et réalignement de données historiques selon une logique de mise en réseau et d’indexation multi-échelle directement inspirée des méthodes de traitement des Big Data. La construction de cette machine à remonter le temps européenne, planifiée entre 2020 et 2030, pourrait être financée par la Commission européenne et les pays membres à hauteur d’un milliard d’euros. Cet exposé présente certains enjeux scientifiques, technologiques, épistémologiques et politiques de ce projet. Il s’agit en effet d’anticiper les opportunités, mais aussi les risques de cette nouvelle cartographie du passé en termes de transformation des méthodologies, de représentations des incertitudes et des incohérences, d’opportunités de mémoire et de droit à l’oubli.

 

  • Digit Hum 2017 Camps
  • Le master « Humanités numériques et recherche » de PSL
  • par Jean-Baptiste Camps (ENC – Responsable du master « Humanités numériques et recherche » de PSL)
  • L’université Paris Sciences & Lettres ouvre à la rentrée 2017 un nouveau master « Humanités numériques », fruit de la collaboration, notamment, de l’École nationale des chartes, de l’École normale supérieure et de l’École pratique des hautes études. Ce master a pour ambition de former à l’exploitation et l’analyse des données des sciences humaines des étudiants titulaires d’une licence qui approfondissent également la connaissance de leur discipline (histoire et philologie, lettres, archéologie, etc.) afin de les doter de la double compétence indispensable pour mener, de manière autonome, des recherches s’inscrivant dans le champ des humanités numériques et computationnelles.
  • Illustration : plaquette du Master Humanités numériques PSL

 

novembre 2017 :

octobre 2017 | décembre 2017

haut de page