Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2018-2019 > Stefano CAMPOREALE

Dernière modification : 7 mai 2019

Stefano CAMPOREALE

Université de Sienne (Italie)
Invité de l’AOrOc – mai 2019

JPEG - 617.3 ko
En mai 2019, le labex TransferS et Hélène Dessales (AOrOc) accueillent Stefano CAMPOREALE, maître de conférences au département des sciences historiques et du patrimoine culturel de l’Universtié de Sienne.

 

 

 

Économie et techniques de la construction romaine
Cas d’étude entre centre et périphérie de l’empire romain : la Domus Tiberiana sur le Palatin (Rome) et le Capitole de Sala (Maroc)

Développée depuis les années 2000, l’archéologie de la construction a pour objectif la lecture et l’interprétation des traces matérielles qui, aussi ténues soient-elles, informent sur la construction, l’organisation et la gestion d’un édifice. Ses objectifs scientifiques et ses stratégies de recherche ont permis de renouveler considérablement l’approche de l’architecture romaine, jusqu’alors davantage envisagée du point de vue des typologies monumentales, des éléments structurels et décoratifs ou des rapports à la société.

C’est donc une histoire technologique de l’architecture qui est proposée ou, pour le dire autrement, une histoire qui considère la technique comme le vecteur à partir duquel interroger l’environnement bâti. Dans une perspective d’analyse des transferts culturels, il s’agit de mettre en évidence les phénomènes de création et de circulation des techniques dans l’empire romain et d’interroger les interactions entre le centre et la périphérie du monde romain. Objets d’une programme de recherche en cours par l’Université de Sienne, deux études de cas seront abordées, l’un constituant un des points de référence de l’Urbs impériale, la Domus Tiberiana sur le Palatin, à Rome (restée, paradoxalement, partiellement inexplorée, avec des élévations qui atteignent plus de 20 mètres de hauteur), l’autre en Maurétanie Tingitane (Maroc), le Capitole de Sala. Cette double analyse, entre architecture palatiale et religieuse, entre le siège central du pouvoir et les marges de l’empire, alimentera une réflexion sur les transferts techniques.

De façon plus large, les thématiques et recherches envisagées s’inscriront dans le projet ACoR (Atlas des techniques de la Construction Romaine), porté Hélène Dessales.

 


 

Conférence du 9 mai 2019, ENS, salle J. Ferry (29 rue d’Ulm 75005 Paris) 17h30-19h30 :
Domus Tiberiana (Palatin, Rome). Urbanisme, chantiers et techniques de construction sur les pentes du palais impérial

 

De 2013 à 2017, un groupe de travail coordonné par la Soprintendenza Archeologica de Rome s’est occupé de l’étude archéologique et de la restauration des substructions septentrionales de la Domus Tiberiana, le premier des palais impériaux romains sur la colline du Palatin. A partir d’une méthode d’analyse stratigraphique, technique et structurelle, de nouvelles données ont été obtenues sur la fonction et les phases chronologiques des différents corps de ce complexe, sur son chantier de construction ainsi que sur la planification urbaine de la pente nord du Palatin. En particulier, l’analyse s’est concentrée sur les substructions de la période d’Hadrien et leur fonction dans le projet architectural du palais. L’image qui en ressort est totalement nouvelle et nous permet de réfléchir aussi sur le dialogue établi entre le palais impérial et la ville de Rome, entre la résidence des principes et les structures résidentielles, commerciales et administratives dont elle était entourée.

 JPEG - 2 Mo

Conférence du 14 mai 2019, 10h-12h, ENS, salle F (45, rue d’Ulm 75005 Paris) :
Le Capitole de Sala (Maroc). Un temple romain à la frontière occidentale de l’empire : architecture, techniques de construction, restitution 3D

 

Sala est la dernière ville à la frontière méridionale de l’empire sur la côte atlantique du Maroc, l’ancienne province de Mauretania Tingitana. Née sur la pente d’une colline, entre Trajan et Hadrien, la ville fut monumentalisée en créant une série de terrasses artificielles sur lesquelles se trouvent les principaux bâtiments publics. Un citoyen de Sala, C. Hosidius Severus, fit ériger le Capitole à ses frais vers 120 ap. J.-C. Le complexe occupait une aire d’environ 48x26 mètres, le long côté sud ayant été construit sur des tabernae voûtées. Le temple, probablement de type tétrastyle corinthien, se trouvait au fond d’une place entourée de portiques à colonnes. Hosidius Severus indique dans une inscription qu’il a construit le temple à partir des fondations ; le complexe est en effet homogène d’un point de vue technique. La façade vers le Forum et celle du temple sont élevées en opus quadratum, le reste dans une technique de construction appelée opus africanum. La reconstruction 3D, réalisée avec l’application Blender, permet de comprendre pleinement la typologie du complexe et son processus de construction.

 JPEG - 2.2 Mo

Journée du 21 mai 2019, 10h-17h30, Pavillon de l’Arsenal (21 boulevard Morlan 75005 Paris)
Séminaire “De briques et de pierre : les appareils mixtes”, dans le cadre du séminaire d’histoire de la construction

 

Dans le cadre du séminaire d’histoire de la construction (organisé par les laboratoire AOrOC, LAMOP, CTAD et Orient & Méditerrannée, avec le soutien du labex TransferS), la journée sera consacrée aux appareils mixtes. Ces techniques, qui se diffusent de l’époque romaine à l’époque contemporaine, associent des assises en terre cuite et des assises en moellons de pierre. Pour l’époque antique, ces techniques sont intéressantes parce qu’elles précèdent la création du dit opus mixtum en réticulé, mais pour les époques ultérieures elles caractérisent aussi d’autres types d’appareils. En général, les appareils mixtes sont rarement abordés par les études d’archéologie de la construction et ce séminaire ouvre une nouvelle contribution à ce champ de recherche. En fait, les appareils mixtes matérialisent des critères d’utilisation à la foi esthétiques, statiques et économiques des matériaux. Il s’agit de comprendre, cas par cas, si ces techniques sont utilisées pour des raisons esthétiques ou symboliques, ou en relation avec le comportement mécanique des matériaux ou même, par exemple, pour répondre à des critères de rapidité d’exécution. Après une introduction par S. Camporeale, quatre interventions sont prévues, deux se concentrant sur l’époque romaine (Caterina Previato, Université de Padoue : Italie septentrionale ; B. Clément, société Archéodunum : cas de Lugdunum), une sur l’époque médiévale (M.A. Causarano, Université de Padoue : cas de Padoue et de Sienne en Italie), la dernière sur l’époque moderne (Ph. Sosnowska, Université Libre de Bruxelles : cas de Bruxelles).

 


 

Stefano Camporeale (Venise, 1971) est professeur associé (maître de conférences) d’archéologie classique à l’Université de Sienne depuis 2016, il a été chercheur à l’Université de Trente (2014‐2016), boursier Marie Curie à l’École normale supérieure, Paris (2011‐2013) et il a obtenu le doctorat de recherche à l’Université de Sienne (2006). Ses recherches portent principalement sur les techniques de construction et les chantier édilitaires de l’époque romaine, mais comprennent en général l’archéologie et l’architecture grecque et romaine, l’archéologie de la Méditerranée ancienne et des provinces romaines, l’Afrique du Nord dans l’antiquité, la Rome impériale, l’archéologie de la production, la culture matérielle, les ressources informatiques pour l’archéologie classique (bases de données). Il a réalisé plusieurs travaux en Italie et dans d’autres pays européens et méditerranéens, notamment au Maroc où il a également mené une recherche doctorale sur les techniques de construction de trois anciennes villes (Thamusida, Banasa, Sala). Par la suite, il a travaillé sur la construction publique et privée et sur les anciens chantiers d’autres centres au Maroc (Lixus, Volubilis), Hephaestia (Lemnos, Grèce), Dionysias (Fayoum, Egypte), Mérida (Espagne). Parmi ses projets les plus récents figurent les fouilles à Roselle et Populonia (Italie), la reconstruction du Capitole de Sala (Maroc), la diffusion et l’utilisation de la technique de l’opus africanum dans la Méditerranée, le chantier de construction et les techniques du Palais Impérial de la Domus Tiberiana sur le Palatin à Rome (en collaboration avec la Superintendance Archéologique de Rome). Il est membre du comité organisateur d’un cycle de rencontres sur les chantiers antiques tenues à Mérida (2007), Sienne (2009), Paris (2009), Padoue (2012) et Oxford (2015).

 

Bibliographie récente

Camporeale S., Pizzo A., “Il « Dique » del fiume Guadiana a Mérida : analisi costruttiva”, in Roldán Gómez L., Macias Solé J.M., Pizzo A., Rodríguez Gutiérrez O. (dir.), Modelos constructivos y urbanísticos de la arquitectura de Hispania. Definición, evolución y difusión del periodo romano a la Antigüedad tardía (MArqHis 2013-2015), Documenta 29, Tarragona : Institut Català d’Arqueologia Clàssica, 2017 : 199-214.

Brogiolo G.P., Cavada E., Camporeale S., “Per un approccio quantitativo e sistemico allo studio delle architetture e dei procedimenti costruttivi medievali. Il caso della Pieve di Lomaso (Trentino sudoccidentale)”, Archeologia dell’architettura, 22, 2017 : 85-99.

Serlorenzi M., Camporeale S., “Anatomia di un muro romano : dati preliminari sullo smontaggio e quantificazione di alcune strutture in laterizio di epoca adrianea dallo scavo di Piazza Dante a Roma”, Archeologia dell’architettura, 22, 2017 : 21-33.

Serlorenzi M., Coletti F., Traini L., Camporeale S., “Il Progetto Domus Tiberiana (Roma). Gli approvvigionamenti di laterizi per i cantieri adrianei lungo la Nova Via”, Arqueología de la Arquitectura, 13, 2016, doi : http://dx.doi.org/10.3989/arq.arqt....

Merging technologies in North African ancient architecture : opus quadratum and opus africanum from the Phoenicians to the Romans”, in Mugnai N., Nikolaus J., Ray N. (dir.), De Africa Romaque. Merging cultures across North Africa. Proceedings of the International Conference held at the University of Leicester (26-27 October 2013), Oxford : The Society for Lybian Studies, 2016, 57-71.

“I laterizi della Mauretania Tingitana : materiali per una tipologia”, Archeologia dell’architettura 20, 2015 [2016] : 145-157.

Opus Africanum e tecniche a telaio litico in Etruria e Campania (VII a.C.-VI d.C.)”, Archeologia dell’architettura, 18, 2013 [2015] : 192-209.

“Concrete barrel vaults reinforced with stone voussoirs arches in the western provinces of the Roman empire (Mauretania Tingitana and Baetica)”, in Bowen, B., Friedman, D., Leslie, T., Ochsendorf, J. (dir.), Proceedings of the Fifth International Congress on Construction History (Chicago, 3-7 giugno 2015), s.l. : Construction History Society of America, 2015 : 341-349.

“Le unità di misura nella progettazione architettonica in Mauretania Tingitana”. In : Saliou, C. (dir.), La mesure et ses usages dans l’Antiquité : la documentation archéologique, Dialogues d’Histoire Ancienne suppl. 12, Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté, 2015  : 79-100.

 “Archeologia dei cantieri di età romana”, Archeologia dell’Architettura, 15, 2010 [2011] : 171-179.

“Military building techniques in Mauretania Tingitana : the use of mortar and rubble at Thamusida (Sidi Ali ben Ahmed, Morocco)”, in : Ringbom, Å., Hohlfelder, R. (dir.), Building Roma Aeterna. Current research on Roman mortar and concrete. Proceedings of the conference (Rome, March 27-29 2008), Commentationes humanarum litterarum 128, Helsinki : Societas scientiarum Fennica, 2008 : 169-186.

Akerraz, A., Camporeale, S. Papi, E. (a cura di), Sidi Ali ben Ahmed – Thamusida, 3. I materiali, Roma : Quasar, 2013.

 

Actes de colloques sur l’archéologie de la construction :

Camporeale S., DeLaine J., Pizzo A. (dir.), Materials, transport and production. Posters of the 5th International Workshop on the Archaeology of Roman Construction, (University of Oxford, April 11-12, 2015), Arqueología de la Arquitectura, 13, 2016.

DeLaine J., Camporeale S., Pizzo A. (dir.), Arqueología de la construcción, 5. Man-made materials, engineering and infrastructure, Anejos de Archivo Español de Arqueología 77, Madrid, CSIC, 2016.

Bonetto, J., Camporeale, S., Pizzo, A. (dir.), Arqueología de la construcción, 4. Las canteras en el mundo antiguo : sistemas de explotación y procesos productivos (Padova, 22-24 de Noviembre de 2012), Anejos de Archivo Español de Arqueología 69, Madrid-Mérida : CSIC, 2014.

Camporeale, S., Dessales, H., Pizzo, A. (dir.), Arqueología de la construcción, 3. Los procesos constructivos en el mundo romano : la economía de las obras (Parigi, École Normale Supérieure, 10-11 de Diciembre de 2009), Anejos de Archivo Español de Arqueología 64, Madrid-Mérida : CSIC, 2012.

Camporeale, S., Dessales, H., Pizzo, A. (dir.), Arqueología de la construcción, 2. Los procesos constructivos en el mundo romano : Italia y provincias orientales (Siena, Certosa di Pontignano, 13-15 de Noviembre de 2008), Anejos de Archivo Español de Arqueología 57, Madrid-Mérida, 2010.

Camporeale, S., Dessales, H., Pizzo, A. (dir.), Arqueología de la construcción, 1. Los procesos constructivos en el mundo romano : Italia y provincias occidentales (Mérida, Instituto de Arqueología, 25-26 de Octubre de 2007), Anejos de Archivo Español de Arqueología 50, Mérida : CSIC, 2008.


  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

    9 mai 2019 - 17h30-19h30
    ENS, 29 rue d’Ulm, 75005
    salle Jules Ferry (sous-sol)
    14 mai 2019 - 10h-12h
    ENS, 45 rue d’Ulm, 75005
    salle F (1er étage, escalier D)
    21 mai 2019 - 10h-17h30
    Pavillon de l’Arsenal (21 bvd Morland, 75004)


haut de page