Accueil > Recherche > Projets > Axe B - Penser en langues et traduire > Sémiotique et diffusion d’une écriture attachée

Dernière modification : 20 avril 2017

Sémiotique et diffusion d’une écriture attachée

Pierre DÉLÉAGE – LAS
Depuis 2017

Résumé

Ce projet de recherche a pour ambition l’analyse scientifique d’une écriture unique au monde, l’écriture andine de la région de Chuquisaca (Bolivie) qui sert principalement à écrire le quechua. Cette écriture se caractérise par une sémiotique logo-syllabique (elle note soit des unités sémantiques, soit, en grande majorité, des syllabes, souvent à l’aide de rébus) et par une pragmatique attachée (elle ne sert qu’à transcrire un corpus de textes limité qui doit faire l’objet d’une mémorisation orale).

L’écriture andine est unique car elle n’existe qu’en trois dimensions (chaque caractère est composé de différents matériaux incluant l’argile, le bois, le tissu, etc.) et que son usage est restreint à la période de Carême, c’est-à-dire aux semaines précédant Pâques (le reste du temps aucun texte n’est conservé).

Le projet contient deux axes principaux : d’abord une étude approfondie de la sémiotique et de la pragmatique des textes rédigés dans cette écriture et ensuite une définition de l’aire de diffusion de l’écriture, comprenant les sous-aires définies par ses variantes stables.

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

haut de page