Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2018-2019 > Marleen ROZEMOND

Dernière modification : 28 mai 2018

Marleen ROZEMOND

Université de Toronto (Canada)
Invitée de la République des Savoirs – début 2019

En début d’année 2019, le labex TransferS et Jean-Pascal Anfray (République des Savoirs) accueillent Marleen ROZEMOND, maître de conférences au département de philosophie de l’Univerisité de Toronto.

 

Passivité et complexité dans la conception mécaniste de la matière au XVIIe siècle

Un des problèmes les plus importants dans l’histoire de la philosophie concerne le partage du matériel et de l’immatériel. Mon projet aborde cette question telle qu’elle se présente au XVIIe siècle, c’est à dire au temps de la révolution scientifique. Au centre de la science moderne se trouve la nouvelle conception de la matière dite mécanique. Or cette conception de la matière telle qu’elle était proposée par Descartes provoqua des critiques philosophiques et scientifiques. L’objection abordée par mon projet est qu’une compréhension complète du monde corporel exige ou bien un appel aux entités immatérielles ou bien une modification importante dans cette conception de la matière. Le problème envisagé concerne les notions d’activité et de force qui semblent absentes de la conception de la matière cartésienne.

Le projet envisage d’abord un examen approfondi de la conception de la matière de Descartes en tant que passive, ainsi que de son rejet de la causalité finale, un rejet qui lui aussi provoquait des objections. J’aborderai ensuite la critique offerte par Ralph Cudworth, membre éminent des « Platoniciens de Cambridge », qui propose de remédier aux limites de la matière cartésienne avec des entités immatérielles et actives, des « Plastick natures ». Ces entités interfèrent avec les processus physiques et les dirigent. G.W. Leibniz, par contre, soutient que la matière n’est pas fondamentalement réelle, mais qu’elle est fondée dans des entités immatérielles, qui, elles, n’interfèrent pas dans le monde corporel mais plutôt servent de fondement aux forces nécessaires à l’explication des phénomènes physiques.

haut de page