Accueil > Recherche > Projets > Axe B - Penser en langues et traduire > Les origines de la Réforme en France, 1518-1536L’apport de la problématique (...)

Dernière modification : 20 avril 2017

Les origines de la Réforme en France, 1518-1536
L’apport de la problématique des transferts culturels

Frédéric BARBIER – IHMC
Depuis 2017

Résumé

La question des origines de la Réforme protestante en France entretient des rapports étroits avec l’histoire du livre imprimé, et avec la problématique des transferts culturels. Pour autant, ce dernier aspect n’a pas encore été réellement envisagé en tant que tel. La commémoration de l’affichage des 95 thèses de Luther à Wittenberg (31 oct. 1517) donne l’occasion de revisiter le dossier à l’aune des nouvelles méthodes et des nouveaux questionnements.

La réforme de l’Église était certes de longue date à l’ordre du jour, mais les 95 thèses sont d’abord un événement « médiatique », dont le retentissement a surpris Luther lui-même. Dans la foulée, une nouvelle économie du livre se met en place dans les pays germanophones (l’économie des Flugschriften). Par ailleurs l’action et la réflexion de Luther s’articulent de manière volontairement novatrice avec les problématiques de l’accessibilité au texte, de la lecture et de la traduction.

À partir de 1518, le « transfert de Luther » en France s’opère dans une conjoncture politique spécifique, celle de l’installation de la nouvelle dynastie des Valois-Angoulême, et alors que l’université de Paris (et celle d’Orléans) bénéficie d’un statut privilégié au
niveau européen. L’arrivée des premiers textes de Luther dans le royaume se fait d’abord par le biais de groupes socio-professionnels bien définis : celui des imprimeurs-libraires émigrés d’origine allemande et travaillant à Paris et à Lyon, celui des négociants, et celui des universitaires, enseignants ou étudiants.

L’accès aux textes pose des problèmes spécifiques, surtout s’agissant de la traduction. Dans le même temps, l’influence croissante des idées réformées s’accompagne de mesures de répression de plus en plus sévères, jusqu’à l’« Affaire des Placards » (1534). Le choix, symbolique, de la date de 1536 comme terminus ad quem de notre enquête, renvoie à la publication (à Bâle…) de l’Institutio de Calvin.

décembre 2017 :

novembre 2017 | janvier 2018

haut de page