Accueil > Recherche > Publications > Publications 2019 > Ecrire l’AbsenceAu bord de la nuit

Dernière modification : 6 juin 2019

Ecrire l’Absence
Au bord de la nuit

Dorothée Legrand

JPEG - 77.2 ko
Crédits : Editions Hermann

Comment survivre à l’absence ? Pour répondre à cette question, la phénoménologie retrouve d’abord la force de son geste premier : suspendre l’évidence de la présence. Mais là où la phénoménologie voudrait la réduire, l’absence résiste : aucune présence ne s’y fait jour. L’absence est impossible à compenser, il faut composer avec elle et prendre la mesure de son jeu avec la présence – jeu brisé dans l’anorexie et la mélancolie, où l’absence met la vie ellemême à l’épreuve. Lapsychanalyse fait alors entendre autrement la question de l’absence. Elle est ici refusée à la négativité, à la carence. Elle est pensée avec ses plis et ses espaces, comme autant de sources : ressources d’altérité, de différence, de singularité. L’absence devient ainsi un opérateur clinique, quand elle n’est plus le signe d’un manque mais vient en inscrire le bord.


Dorothée Legrand est chercheur en philosophie (Archives Husserl, CNRS, Ecole normale supérieure, Paris Sciences et Lettres Research University) et psychanalyste. Depuis 2014, elle anime le séminaire « Articulations philosophiques et psychanalytiques » à l’Ecole normale supérieure de Paris.

 

LEGRAND Dorothée, Ecrire l’absence. Au bord de la nuit. Ed. Hermann, 2019, 248 p. ISBN 979-1037001429.

juillet 2019 :

Rien pour ce mois

juin 2019 | août 2019

haut de page