Accueil > Recherche > Publications > Publications 2015 > Zones de traduction Pour une nouvelle littérature comparée

Dernière modification : 20 janvier 2017

Zones de traduction
Pour une nouvelle littérature comparée

Emily Apter

Zones de traduction. Pour une nouvelle littérature comparée
Crédits : Éditions Fayard

À l’heure où les échanges culturels sont véhiculés par un anglais standardisé, même si d’autres langues de portée mondiale commencent à modifier l’équilibre des forces dans la production de la culture, Emily Apter mène une réflexion sur les zones de traduction. Traduire, est-ce perpétuer ou effacer la mémoire culturelle ? Tout est-il traduisible ?

À travers une grande variété de champs – de l’« invention » de la littérature comparée par Leo Spitzer et Erich Auerbach à la situation de la littérature algérienne après l’Indépendance, et du rôle politique crucial de la traduction après le 11-Septembre à la fabrique des langues (pidgins, créoles) –, son questionnement est ouvert aux littératures du monde entier. Elle ne traite pas de la seule discipline littéraire, mais des rapports entre les langues. Une nouvelle littérature comparée se dessine ici, celle dont nous avons besoin pour préserver l’« intraduisible » sans renoncer à mettre en relation. Penser la traduction, c’est faire une politique du vivre ensemble.

 

Emily Apter est professeur à la New York University dans les départements de Français et de Littérature comparée.

 


Dans les médias


 

E. Apter. Zones de traduction : pour une nouvelle littérature comparée. Paris : Éditions Rue d’Ulm , 2015, 140 p. ISBN 978-2-7288-0535-8

haut de page