Accueil > Recherche > Professeurs invités > Invités 2013-2014 > LI Hongtu

Dernière modification : 7 décembre 2016

LI Hongtu

Université Fudan, Shanghai (Chine)
Invité du labex TransferS – juin 2014

LI Hongtu - invité 2013/2014

En juin 2014, le labex Transfers reçoit le Pr. Li Hongtu, Professeur d’Histoire à l’Université de Fudan, Shanghai, pour deux séminaires.

Ses travaux portent principalement sur l´histoire moderne et contemporaine, l´histoire intellectuelle et l´histoire sociale européenne. Il a publié L´étude des courants de pensée nationaliste d´Europe occidentale à l´époque moderne et contemporaine, L´étude de la pensée libérale d´Europe occidentale à l´époque moderne et contemporaine, L´histoire de la pensée politique européenne, L´introduction de Sur la liberté de John Stuart Mill. Il est également auteur de nombreux articles. 

 

Mercredi 11 juin - 17h30-19h30 - Salle Langevin (29 rue d’Ulm) :

De « Sous-le-Ciel » (tianxia) à « Outre-Ocean » (yang) : L’évolution de la représentation du monde extérieur chez les Chinois

Ce texte retrace, sur le plan conceptuel, l’évolution de la connaissance qu’avaient les Chinois du monde extérieur. L’idée très ancienne de tianxia (« Sous-le-Ciel ») représente la Chine comme centre du monde, entourée de Barbares (man yi). La guerre de l’Opium de 1840 brise ce concept. L’étranger jadis désigné comme yi devient yang (« Outre-océan »), incarnant la civilisation. Dès lors, la vision du monde des Chinois entame une transformation radicale. 

 
Jeudi 12 juin - 17h-19h - Salle Langevin (29 rue d’Ulm) :

Le changement social et la genèse de la « Révolution » : étude de la pensée d’A. de Tocqueville

Dans son ouvrage De la démocratie en Amérique (1835), Tocqueville caractérisait en ces termes l’évolution future de la société : le visage de la société change, la condition des hommes change, de nouvelles perspectives se profilent. Concrètement parlant, il annonçait la tendance générale et inexorable des peuples à la démocratie, et l’inéluctable égalisation des conditions des hommes. Dans ce contexte, il pointait un paradoxe : pourquoi la France, particulièrement avancée sur la voie de l’égalisation, a-t-elle pris le chemin de la Révolution ? Dès lors, Tocqueville a tourné son regard vers les révolutions de 1848 et 1789, espérant trouver dans son étude la réalisation de l’alliance entre démocratie et liberté, et l’accomplissement du changement social.

décembre 2017 :

novembre 2017 | janvier 2018

haut de page