Accueil > Recherche > Publications > Publications 2015 > Genèse d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre

Dernière modification : 20 janvier 2017

Genèse d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre

Catherine Rovera-Amandolese

Genèse d'une folie créole. Jean Rhys et Jane Eyre
Crédits : Éditions Hermann

On se propose ici d’explorer les rapports pour le moins complexes qui, à un siècle d’intervalle, relient le dernier roman de Jean Rhys, Wide Sargasso Sea, à son hypotexte victorien, Jane Eyre. En revisitant le personnage de la Créole – alias Bertha Mason – dans Jane Eyre, Jean Rhys livre en effet sa version personnelle, rectificatrice, de la folie. Et surtout, son roman se donne comme le texte matriciel de celui qui l’a engendré, comme l’avant-Jane Eyre et, partant, comme la voix inaugurale de la folie. Il est donc fascinant de redécouvrir l’un des canons de la littérature victorienne à l’aune de Wide Sargasso Sea, en raison même de ce rapport de filiation inversée.

Prendre pour objet la genèse de la folie implique par ailleurs de revenir aux sources mêmes du texte, autrement dit à l’avant-texte. On relira donc le dernier roman de Jean Rhys à la lumière des lettres et manuscrits issus des archives de l’université de Tulsa et de la British Library. Ces originaux se donnent comme un véritable journal de création. Ils nous permettent de voir comment la folie s’écrit, s’inscrit dans le texte, au fil d’une gestation lente et sinueuse. Et ils portent en eux la trace des multiples repentirs, tâtonnements et changements de cap qui ont permis d’aboutir au chef-d’œuvre que l’on connaît.

 

Ancienne élève de l’École normale supérieure, Catherine Rovera est maître de conférences à l’université Paris-Dauphine. Spécialiste de Jean Rhys et du modernisme, elle mène des travaux de recherche en critique génétique au sein de l’équipe Joyce de l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM-ENS-CNRS).

 

C. Rovera-Amandolese. Genèse d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre. Paris : Hermann, 2015, 160 p. ISBN 978‑2‑7056‑9046‑5

juillet 2017 :

Rien pour ce mois

juin 2017 | août 2017

haut de page