Accueil > Manifestations > Colloques, journées d’étude > Colloques 2015-2016 > 50 ans après le prix Nobel

Dernière modification : 17 février 2017

50 ans après le prix Nobel

Colloque international

Jacob, Lwoff et Monod, fondateurs de la biologie moléculaire

28 - 29 septembre 2015

Institut Pasteur

 

En 1965, le prix Nobel de physiologie fut attribué à André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob « pour leurs découvertes concernant le contrôle génétique de la synthèse des enzymes et des virus ». Au-delà du prestige du Nobel, les travaux de ces trois Pasteuriens, souvent réalisés en collaboration avec d’autres collègues (Elie Wollman, Melvin Cohn, etc.), furent reconnus comme l’une des contributions les plus importantes à la constitution de la biologie moléculaire. La manière dont Monod et Jacob conçurent les principes de la régulation génétique devint rapidement essentielle pour comprendre les interactions génétiques et pour envisager le mécanisme de l’embryogenèse chez les métazoaires.

L’objectif de ce colloque est de reconsidérer la signification du modèle de l’opéron à la lumière de l’histoire de la biologie du XXe siècle. Dans un premier temps, nous interrogerons la « préhistoire » du modèle de l’opéron en reprenant l’histoire des deux programmes de recherche qui finirent par converger dans les travaux de Monod et Jacob : celui traitant du mécanisme de l’adaptation enzymatique et celui explorant le phénomène de la lysogénie. La deuxième session est symétrique de la première : nous souhaitons questionner la postérité du modèle de l’opéron et les oppositions qu’il rencontra depuis les années 1960 jusqu’aux années 1990 dans les domaines de la biologie du développement, de la théorie de l’évolution, et de la biologie des systèmes. La dernière session est consacrée à un aspect original de ce moment scientifique : l’étude des liens complexes qui se sont noués entre science, philosophie, éthique et même politique dans le contexte de la fondation de la biologie moléculaire à l’Institut Pasteur.

 

> Programme et inscription sur le site de l’Institut Pasteur

 

En 1965, le prix Nobel de physiologie fut attribué à André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob « pour leurs découvertes concernant le contrôle génétique de la synthèse des enzymes et des virus ». Au-delà du prestige du Nobel, les travaux de ces trois Pasteuriens, souvent réalisés en collaboration avec d’autres collègues (Elie Wollman, Melvin Cohn, etc.), furent reconnus comme l’une des contributions les plus importantes à la constitution de la biologie moléculaire. La manière dont Monod et Jacob conçurent les principes de la régulation génétique devint rapidement essentielle pour comprendre les interactions génétiques et pour envisager le mécanisme de l’embryogenèse chez les métazoaires.

 L’objectif de ce colloque est de reconsidérer la signification du modèle de l’opéron à la lumière de l’histoire de la biologie du XXe siècle. Dans un premier temps, nous interrogerons la « préhistoire » du modèle de l’opéron en reprenant l’histoire des deux programmes de recherche qui finirent par converger dans les travaux de Monod et Jacob : celui traitant du mécanisme de l’adaptation enzymatique et celui explorant le phénomène de la lysogénie. La deuxième session est symétrique de la première : nous souhaitons questionner la postérité du modèle de l’opéron et les oppositions qu’il rencontra depuis les années 1960 jusqu’aux années 1990 dans les domaines de la biologie du développement, de la théorie de l’évolution, et de la biologie des systèmes. La dernière session est consacrée à un aspect original de ce moment scientifique : l’étude des liens complexes qui se sont noués entre science, philosophie, éthique et même politique dans le contexte de la fondation de la biologie moléculaire à l’Institut Pasteur.


- See more at : http://www.pasteur.fr/fr/institut-p...

haut de page